Accueil > Alphéa Conseil > Actualités

18 Décembre 2014

LSA Publie le top 100 des enseignes françaises

LSA publie dans son numéro du 28 août son nouveau classement des 100 premières enseignes de distribution en France selon leurs chiffres TTC 2013 (avec carburants). Avec 290 milliards d'euros de chiffre d'affaires cumulé, ce top 100 représente plus de 60% des ventes du commerce de détail en France et ses évolutions illustrent bien la crise qui secoue le commerce et, pour certaines grandes enseignes alimentaires notamment, les premiers effets de la déflation. Découvrez pour la première fois et en exclusivité ce classement sous forme de tableau interactif. 

Les champions de la distribution en France sont passés à deux doigts de la correctionnelle en 2013. D’après notre classement exclusif, les ventes brutes (TTC) des 100 premières enseignes de France ont progressé de seulement 0,7% l’an dernier, à 290 milliards d’euros, frôlant leur plus mauvais score historique, celui de 2009 et sa baisse de 0,9%, quand la consommation - notamment alimentaire – subissait de plein fouet la première vague d’une crise qui n’a guère cessé depuis. Et encore, un nombre inhabituel de distributeurs n’ayant pas souhaité communiquer de chiffres ou au moins vérifier nos évaluations cette année, ce chiffre très légèrement positif pourrait être corrigé… à la baisse.

L'alimentaire sauvé par les commerçants indépendants

Concrètement, trois des quatre grands secteurs qui dominent le commerce de détail en France n’ont pas joué leur rôle de locomotive. Le bricolage/jardinage, la maison et surtout, le premier d’entre eux, la distribution alimentaire qui, du fait de son poids dans le classement (70%), donne chaque année le « LA » du top 100. Les difficultés de Dia, la stratégie de baisse des prix massive de Casino et la déflation des PGC qui a démarré mi-2013 ont en effet brouillé la partition des géants de l’alimentaire. Résultat, les 26 enseignes composant notre classement n’ont gratté qu’un petit milliard d’euros supplémentaires. 

Heureusement que les indépendants ont tenu la baraque. Une fois encore ! A l’image de Leclerc qui garde largement la tête et engrange 1,3 milliard d’euros supplémentaire (+3,2%), devant Intermarché (+ 1,7%). Des exceptions surnagent également, même si elles se positionnent beaucoup plus bas dans le classement, comme Biocoop. Son image de puriste du bio et une expansion rapide ont permis à l’enseigne de dépasser 620 millions d’euros de chiffre d’affaires (+ 8%). 

La mode surnage

Peu d’exceptions du côté des marchés de l’équipement de la maison. En souffrance, le bricolage/jardinage et le meuble n’ont pas joué le rôle de relais qu’ils assuraient encore il y a quelques années quand l’alimentaire allait moins bien. Le cas d’Ikea est emblématique : aucune ouverture en 2013 et un marché en berne ont provoqué le premier et sérieux coup d’arrêt de l’enseigne en France avec 130 millions d’euros de manque à gagner (-4,3%).Maigre consolation pour le suédois, il n’est pas le seul. Avec un marché de l’immobilier en berne, les champions de l’équipement de la maison ont serré les dents et affronté une baisse de fréquentation perceptible dans tous les réseaux.

Finalement, il n’y a guère que les enseignes de mode et les géants du e-commerce – avec des croissances beaucoup plus mesurées que les années précédentes toutefois - qui ont surnagé. Le top 100 dénombre dans ses rangs 16 griffes de modes et même 23 si l’on inclut des enseignes comme Décathlon, Galeries Lafayette ou autre La Redoute, grosses vendeuses de textile elles aussi. Mais leur progression (+ 2,8%) s’inscrit dans un marché de l’habillement qui vient d’enchaîner six années de recul consécutives des ventes, selon l’IFM. Ce qui est le signe que les autres, les plus petits, souffrent énormément. Avec là aussi des avis de concentration, voire de disparitions pures en simples. 

A noter qu'au total, 38 enseignes sont en baisse en 2013 pour 56 en croissance en 2013, contre 38 et 62 en 2012. Les dix enseignes d’origine étrangère du top 100 sont en croissance moyenne de 1,45%, contre 0,7% de croissance pour les 90 enseignes françaises qui assurent 92 % des ventes du classement.  

 

Graphique 1

Chiffres d'affaires 2013 en milliards d'euros des enseignes du top 100 regroupées par secteurs et évolutions en % par rapport à 2012

000085439_illustration_large.jpg

 

Graphique 2

Top 100, les 10 plus fortes progressions de chiffres d'affaires en % et les 10plus fortes baisses 

000085442_illustration_large.jpg

Acceder au tableau interactif du classement sur le site LSA.fr