Accueil > Alphéa Conseil > Actualités

03 Octobre 2014

Les jeunes cadres et l'emploi en 2014

63% des jeunes diplômés Bac+5 sont en emploi un an après l'obtention de leur diplôme, selon une étude de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec). Le salaire annuel brut moyen s'élève à 28.700 euros. Pourtant, le contexte dans lequel les jeunes issus de l'enseignement supérieur ont dû rechercher leur premier emploi s'est révélé difficile. Il s’avère qu’un jeune cadre diplômé en études commercial s’en sort plutôt bien. 

Insertion des jeunes diplômés 

Le taux des jeunes cadres diplômés a été identique à celui de la promotion 2012, mais inférieur de 7 points à celui de la promotion 2011. La crise est passée par là. D’après une étude faite auprès de 4.500 jeunes diplômés pour mesurer leur degré d'insertion dans le marché du travail. Les données de l'année 2013 indiquent que, si la situation s'est tendue depuis 2012, pour autant elle ne s'aggrave pas en 2013. Pourtant, le contexte dans lequel les jeunes issus de l'enseignement supérieur ont dû rechercher leur premier emploi s'est révélé difficile. Ainsi, sur un total de 163.000 cadres recrutés en 2013, seuls 37.000 étaient des jeunes diplômés, les entreprises leur préférant des cadres avec déjà une première expérience. Le mouvement ne devrait d'ailleurs guère s'arranger puisque, en 2014, selon l'Apec, les entreprises songent à ne recruter qu'entre 33.600 et 38.100 jeunes diplômés. 

Bien entendu, la plus ou moins grande facilité qu'ont ces jeunes à obtenir un emploi varie en fonction du diplôme. Ainsi, les jeunes issus d'une école de commerce et les jeunes ingénieurs s'en sortent le mieux avec un taux d'emploi de 69%. En revanche, les titulaires d'un master universitaire ou d'un doctorat ne se sont insérés que pour respectivement 58% et 56% d'entre eux. 

Les branches d’études les plus favorisées 

 

En rentrant un peu plus dans le détail, nous nous apercevons que certaines branches touchant aux études commerciales, informatiques ou de pharmacie sont plus favorisées que les études en sociologie ou philosophie par exemple …Curieusement, ce taux descend même à 37% pour les jeunes ayant suivi des études de... biologie. Si on se penche sur les principales fonctions occupées par les jeunes diplômés en emploi nous constatons sans surprise, qu’ils sont 20% à travailler sur des fonctions liées au « commercial et au marketing », et 17% sur celles concernant « les études, la recherche et le développement ». Viennent ensuite avec 16% les métiers concernant la « gestion, finance et administration ». Il est intéressant de savoir que 59% des jeunes ayant un travail ont obtenu un CDI, et que 8 jeunes sur 10 travaillent dans le privé. 63% ont décroché un emploi dans les « services », et 24% dans « l'industrie ». 

L'an dernier, 77% des recrutements de jeunes diplômés sur des postes de cadres ont été réalisés dans les services. Les activités numériques, l'ingénierie et la recherche-développement constituent des viviers pour les jeunes diplômés. En revanche, la situation se 

dégrade dans l'industrie (automobile, aéronautique, chimie...), le secteur ne représentant plus que 9% des recrutements de jeunes cadres contre 13% en 2012. 

Et si nous parlions salaires ! 

Pour l'ensemble des jeunes diplômés Bac+5 et plus en emploi, le salaire médian annuel à l'embauche s'établit à 29.400 euros bruts et le salaire moyen à 28.700 euros bruts. Bien entendu, ce salaire moyen brut varie en fonction des études suivies. Il va de 31.700 euros pour les titulaires d'un diplôme en « sciences technologiques » à 19.000 euros pour ceux qui ont suivi des études en "sciences humaines". 

 

En conclusion, il faut que nos jeunes sachent bien s’orienter à la sortie du Lycée pour ne pas augmenter les taux de jeunes sans emploi vers des filières chargées ou sans avenir. Les principales fonctions des jeunes cadres vont maintenant vers des nouvelles branches liées au marketing, au commercial ou au numérique. Sachons nous adapter à cette société qui a changé face à la crise. Mais les beaux jours sont devant nous.